Prévoyant un déficit de trésorerie de plus de 102 milliards de dollars cette année pour les 134 entreprises d’exploration et de production de pétrole cotées et opérant en Amérique du Nord, le cabinet AlixPartners estime que, “pour survivre”, ces entreprises doivent continuer à réduire drastiquement leurs investissements de 30 à 50% supplémentaires, leurs coûts de sous-traitance de 20 à 30%, et bien sûr leurs charges salariales. Tout cela en envisageant des cessions d’actifs... Et en attendant déplétion et “stranded assets”.

COP21. La 21ème Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations-Unies sur les changements climatiques s’est officiellement ouverte ce 30 novembre afin de parvenir à un accord international permettant de limiter le réchauffement global à +2°C depuis l’époque préindustrielle. Elle va durer jusqu’au 11 décembre. Voici les bonnes clés pour la décoder.

Etat d’urgence climatique. Dimanche 29 novembre, à la veille de l’ouverture de la COP21, une chaîne humaine doit se former de 12 h à 13 h à Paris, sur les trottoirs entre les places de la République et de la Nation, sur le boulevard Voltaire en passant par le Bataclan et la rue de Charonne.

Energie, vie marine, croissance, économie, modes de vie, terrorisme... La question climatique a des implications dans de multiples domaines, sinon dans tous. C’est ce que montrent différents rendez-vous programmés avant et pendant la conférence-climat de Paris (COP21) dont l’objet est de trouver un accord capable de limiter le réchauffement global à +2°C.

Voulant multiplier les actions "qui frappent l'imaginaire et bousculent les mentalités", le mouvement citoyen “Action non-violente COP21” a mené une action spectaculaire samedi 7 novembre aux portes du siège de Total à Paris-La Défense, afin de dénoncer les “activités climaticides” du groupe pétrolier français.

Se déclarant favorables à un accord « juridiquement contraignant », à l’évaluation régulière des actions entreprises, au renforcement de la coopération ainsi qu’à la tarification du carbone, France et Chine ont indiqué qu’elles allaient formuler et rendre publiques « dès que possible d’ici cinq ans », des « stratégies nationales de développement sobre en carbone pour 2050 ».

Informations supplémentaires