Voulant multiplier les actions "qui frappent l'imaginaire et bousculent les mentalités", le mouvement citoyen “Action non-violente COP21” a mené une action spectaculaire samedi 7 novembre aux portes du siège de Total à Paris-La Défense, afin de dénoncer les “activités climaticides” du groupe pétrolier français.

Le directeur général de Total, Patrick Pouyanné, a reçu, samedi 7 novembre, au siège du groupe Total à Paris-La Défense, une convocation à une audition publique pour “crimes climatiques en série” de la part du mouvement “Action non-violente COP21”, un mouvement issu des rassemblements Alternatiba et qui veut multiplier les actions symboliques dans le contexte de la prochaine Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations-Unies pour les changements climatiques, 21ème du nom (COP21), prévue à Paris-Le Bourget du 30 novembre au 11 décembre.

Les vrais CRS et les vrais fourgons de police ont eux même renforcé l’aspect spectaculaire et l’impression de réalité de la scène

Il est demandé au directeur général du groupe pétrolier français de se présenter le jeudi 3 décembre, au 102bis, rue de Bagnolet, dans le XXème arrondissement de Paris, à l’occasion de la soirée de remise des prix Pinocchio du climat. Dossiers concernés: “La pratique dévastatrice du torchage de gaz au Nigéria; l’exploitation des sables bitumineux en Alberta (Canada) et au Venezuela; la poursuite des projets de gaz et pétrole de schiste en Patagonie (Argentine), au bassin de Gainsorough Trouggh (Grande-Bretagne) et à Timimoun (Algérie); le forage en eaux profondes avec le projet Yamal (Arctique), Vega Pleyade (Argentine) et en Uruguay pour le gaz.”

Jouant avec l’humour, cette convocation s’est également voulue spectaculaire et particulièrement visuelle: plus de cent militants d’Action non-violente COP21 ont en effet investi le parvis du siège de Total afin d’y installer une scène de crime. Gyrophares, rubalise de scène de crime, personnes allongées au sol et simulant des victimes climatiques, personnages en combinaisons traçant les silhouettes au sol... La manifestation a pris des airs très théâtraux. Encadrant les militants, les vrais CRS et les vrais fourgons de police ont eux même renforcé l’aspect spectaculaire et l’impression de réalité de la scène.

“Malgré ses activités fortement climaticides Total apparaît aujourd’hui dans l’”Agenda des solutions” de la COP21”

“5ème compagnie pétrolière et gazière du monde, Total contribue massivement au dérèglement climatique en exploitant les sources d’énergie les plus polluantes de la planète, en violant les droits humains et en freinant la transition énergétique. Total fait notamment partie des 90 entreprises mondiales qui ont le plus émis de gaz à effet de serre dans l’atmosphère”, ont notamment souligné les militants. « Alors que le dérèglement climatique est déjà une tragédie pour des millions de personnes, Total agit comme un « serial killer du climat » en continuant d’investir massivement dans les techniques les plus destructrices pour le climat », selon Gayanhé Jovet, porte-parole d’ANV-COP21.

“Malgré ses activités fortement climaticides et qui affectent directement les conditions d’existence de nombreuses communautés dans le monde, Total apparaît aujourd’hui dans l’Agenda de l’Action Paris-Lima (LPAA) dit Agenda des Solutions de la COP21. L’entreprise se présente comme une entreprise « verte », notamment depuis le lancement fin 2014 de sa campagne de publicité « engagé pour une énergie meilleure ». De plus, Total a des techniques de lobbying très agressives, ce qui lui vaut justement d’être nominée cette année aux Prix Pinocchio du Climat dans la catégorie Lobbying”, précise également Action non-violente COP21.

“Nous multiplierons les opérations visant Total dans les jours et semaines qui viennent. Dans un premier temps, nous appelons les volontaires ANV-COP21 à organiser des actions de dénonciation de ce serial killer du climat le samedi 14 novembre, partout en France. Et nous exigeons la fin immédiate des pratiques climaticides énumérées plus haut, ou la sortie immédiate de Total de l’Agenda des solutions de la COP21”, a ajouté Gayanhé Jovet.

“Nous avons besoin de mener des actions très fortes, qui frappent l’imaginaire, qui bousculent les mentalités”

Le mouvement citoyen Action non-violente COP21 fait suite à l’appel “Debout et déterminés pour sauver le climat”, lancé en particulier à l’occasion de l’arrivée du Tour de France Alternatiba et du rassemblement Alternatiba Paris, fin septembre. Rappelant la gravité du risque climatique, cet appel souligne notamment: “Le changement climatique ne tombe pas du ciel ! Il est produit par toutes les multinationales qui continuent d’extraire les ressources fossiles du sol, et qui développent de surcroît les fausses solutions qui risquent d’empirer la situation ! Il est produit par l’inaction des politiques et le travail de sape des lobbies ! Alors que la COP21 va replacer la question du climat au centre de l’agenda politique international, il nous faut absolument traduire la gravité et l’urgence de la situation pour que le grand public comprenne ce qui est réellement en train de se passer. Nous avons besoin de mener des actions très fortes, qui frappent l’imaginaire, qui bousculent les mentalités. Et en même temps, nous avons besoin d’actions qui inspirent, qui donnent de l’espoir, et qui mettent en mouvement le plus grand nombre”.

Ainsi, d’autres actions sont manifestement à prévoir.

En attendant, les demandes clés du mouvement en ce qui concerne Total sont les suivantes:

“- Total doit mettre fin à l’ensemble de ses activités polluantes et nocives pour le climat, l’environnement local et les droits des communautés : hydrocarbures conventionnels et non conventionnels, pratiques nocives comme la fracturation hydraulique ou le torchage du gaz, projets d’infrastructures énergétiques gigantesques.

- Total doit respecter le consentement libre, préalable et informé des communautés pour tout projet, afin de ne pas porter préjudice à leurs droits et leur mode de vie, et verser des compensations justes à l’ensemble des familles affectées par ses projets.

- La poursuite du modèle extractiviste est celui qui nous mène à la crise économique, écologique, climatique et sociale que nous rencontrons aujourd’hui. Total doit donc mettre fin à ses activités polluantes en prenant en compte la compensation des salariés du secteur et l’accompagnement de la reconversion professionnelle de ceux-ci.

- Pour enrayer le changement climatique, les décideurs doivent implanter un cadre favorisant la sobriété et l’efficacité énergétique et le développement des énergies renouvelables aux mains des citoyens ; et non favoriser les multinationales aux pratiques nocives qui ne bénéficient pas au développement des populations ni à l’emploi.”

FacebookTwitterGoogle BookmarksLinkedin

Informations supplémentaires