2014 a surclassé les anciens records de température moyenne de la planète, 2015 a écrasé ce record et 2016 commence encore bien plus fort... Avec + 1,15°C par rapport à la moyenne du XXème siècle selon l’agence américaine NOAA, le premier trimestre de l’année dépasse de 0,28°C le record des trois premiers mois de l’an passé... Presque trois dixièmes de degré en plus. En 1998, “année record” du XXème siècle, la température moyenne de janvier-février-mars était plus fraîche de 0,45°C autour du globe, et de 0,95°C à la surface des terres !

Le 9 avril, la concentration journalière de dioxyde de carbonne a atteint la valeur record de 409,44 ppm à l’observatoire de Mauna Loa, à Hawaï. Pendant la semaine qui a commencé le 10 avril, la concentration moyenne hebdomadaire a atteint 408,69 ppm, + 4,59 ppm par rapport à 2015. Autant de records qui peuvent toutefois être encore battus cette année. Avec une telle vitesse d’augmentation, quid du temps imparti pour limiter le réchauffement global à +2°C ?

Avec à nouveau une température moyenne record en mars, le réchauffement global de la planète atteint pour le dernier semestre + 1,4°C par rapport à la moyenne 1880-1920, selon le scientifique américain de la Columbia University de New-York, James Hansen.

Un nouveau modèle scientifique a calculé que, si les émissions de gaz à effet de serre dues aux activités humaines perdurent comme aujourd’hui, la fonte des glaces de l’Antarctique, au Pôle Sud, va s’enclencher durablement et pourrait porter à plus de 2 mètres dès 2100 la hausse du niveau moyen de la mer. Deux fois plus que ce prévoyait jusqu’alors le GIEC...

Si les émissions de CO2 dues à la combustion de pétrole, de charbon et de gaz sont données en baisse pour 2015, la concentration atmosphérique de CO2 n’a quant à elle jamais augmenté aussi vite... Et ce n’est pas que de la faute d’El Nino. Explications.

Etablissant de nouveaux records de température moyenne, à la fois à la surface des continents et à la surface des océans, le mois de février 2016 a vu certains thermomètres dépasser les +5°C par rapport à la moyenne 1981-2010, notamment en Europe de l’Est, en Russie centrale ainsi que dans l’Alaska. L’hiver 2015-2016 a été le plus chaud jamais enregistré depuis l’époque préindustrielle. Boostée par El Nino, 2016 pourrait surpasser le record de 2015 qui a déjà pulvérisé celui de 2014...

Informations supplémentaires