En 2014, la température moyenne à la surface de la Terre a atteint 14,59°C, soit 0,69°C de plus que la moyenne du 20ème selon l’agence américain NOAA et 0,04°C de plus que le précédent record (2010, 2005). Elle atteint 16,67°C à la surface des océans (+0,57°C) et 9,5°C à la surface des continents (+1°C).

Vagues de chaleur records, pluies torrentielles, inondations de grande ampleur… L’OMM a dressé un premier bilan météo de 2014. Pour Michel Jarraud, le Sécrétaire général de l’OMM, «ce qui est particulièrement inhabituel et alarmant cette année, ce sont les températures anormalement élevées constatées à la surface des océans sur de vastes superficies, y compris dans l’hémisphère Nord. Les émissions records de gaz à effet de serre et l’accumulation de ces gaz dans l’atmosphère rendent très incertain l’avenir de la planète, qui risque de devenir beaucoup plus inhospitalière ».

Le Groupement d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat a rendu public la synthèse de son 5e rapport. Si le rôle de l’homme et son action croissante sur les changements climatiques ont été clairement rappelés, le GIEC a également mis l’accent sur les possibilités de limiter le réchauffement global à +2°C par rapport aux niveaux préindustriels.

Pour évoquer le réchauffement climatique, disons plutôt le bouleversement climatique en cours, on évoque très généralement la notion de "température moyenne", assez abstraite et trompeuse en fait. On pourrait peut-être plus se focaliser sur la concentration des gaz à effet de serre dans l'atmosphère.

Informations supplémentaires