Qu’il s’agisse du mois de juillet, des sept premiers mois de l’année ou encore des douze derniers mois, la fièvre planétaire fait une nouvelle fois tomber des records cet été. Et ce n’est certainement pas fini pour 2015: les prédictions envisagent un El Nino fort voire très fort pour novembre – décembre, tout juste à l’occasion de la COP 21...

Si la photosynthèse augmente dans un premier temps avec la hausse de la température, il y a des limites: trop de chaleur tue la capacité d’absorption de CO2 par les végétaux, sols, mers... Or, c'est comme cela que la Terre pompe une partie du dioxyde de carbone émis par nos activités issues de la combustion fossile. Des écosystèmes pourraient à terme passer du stade de puits à celui de sources à carbone.

Le site “Monitoring atmospheric compositon and climate” (MACC) du programme européen Copernicus, a mis en ligne des cartes mondiales reflétant les concentrations de CO2 au jour le jour. Ces cartes montrent une concentration un peu plus forte entre l’équateur et les zones tempérées, plus particulièrement dans l’Hémisphère Nord. La moyenne des concentrations (qui évoluent selon les saisons) est restée supérieure à 400 ppm durant tout le printemps: 401,33 avril, 401,85 en mai et 401,3 en juin.

Où va s’arrêter la fièvre de la Terre en 2015 ? Alors que le mois de juin a encore battu un record de température moyenne, que le premier semestre 2015 est le plus chaud depuis que l’on fait des relevés, et que le record des “douze mois consécutifs les plus chauds” tombe quasiment tous les mois depuis près d’un an, le phénomène El Nino s’annonce “fort” dans la deuxième partie de l’année, selon les prévisions de l’agence américaine NOAA...

Difficile d’affirmer qu’une tempête est la conséquence des changements climatiques. Mais le réchauffement crée en mer une situation qui peut être favorable aux tempêtes.

Alors que des jours de canicule sont en vue sur l’Hexagone, la fièvre de la Terre n’arrête pas de battre des records en cette année 2015: mars le plus chaud, hiver le plus chaud, mai le plus chaud, printemps le plus chaud, les cinq premiers mois de l’année les plus chauds jamais enregistrés, cela sur terre comme en mer… Et ce n’est a priori pas fini: le phénomène El Nino monte actuellement en puissance et devrait se faire ressentir toute l’année.

Informations supplémentaires