Dessalinisation solaire, biogaz, moteur stirling, aquaponie, micro-algues, éoliennes, bio-composites... Le catamaran Le Nomade des Mers a entamé en ce début 2016, avec le navigateur Roland Jourdain, un tour du monde du “low-tech”. A bord: l’ingénieur et aventurier Corentin de Chatelperron, son équipe d’explorateurs, leur éolienne, leur pédalier à électricité, leur four solaire, leurs serres, leur poulailler, leurs aménagements en composites de jute et de lin...

L’association « Notre Affaire à tous » a décidé de sommer l’Etat de « remédier au préjudice que subit la population française présente et à venir » du fait du risque climatique croissant unanimement constaté par la communauté internationale lors de l'actuelle COP21. « À défaut d’une réponse sous deux mois, nous engagerons une plainte au tribunal administratif », prévient l’association.

Si le réchauffement global possède une influence directe sur les phénomènes météorologiques et va bouleverser notre environnement, il peut également et pourra de plus en plus, notamment au sein de pays défaillants dans la prise en charge de leurs populations, accroître les risques de phénomènes violents: guerres civiles, conflits armés, terrorisme... C’est ce qu’expliquent, du GIEC au Sénat français en passant par le Pentagone américain, différents rapports.

Le mouvement citoyen Alternatiba a fêté fin septembre l’arrivée, Place de la République à Paris, de son tour de France à vélos 3 et 4 places, parti début juin de Bayonne.  A cette occasion, le “festival des solutions pour le climat” Alternatiba-Paris a rassemblé quelque 400 organisations et des dizaines de milliers de personnes, dont le sociologue Edgar Morin qui a salué ce rassemblement fédérateur d’initiatives.

Malgré l’ampleur croissante du défi à relever en termes de réchauffement global, de déclin de la ressource pétrolière et de limites de la croissance, forger sans faire l’autruche une vision désirable du futur par rapport aux risques encourus, reste... encore possible. Grâce au potentiel de l’imagination et de la volonté humaine. Alors, comment imaginer son village, sa ville, sa région, sa planète dans quelques dizaines d'années, par exemple en 2050 ?

L’ADEME propose pour la première fois un scénario à l’horizon 2030 de l'empreinte carbone de la consommation des Français. Elle permettrait une réduction d’environ 17% par rapport à 2007. Cependant, on léguerait ainsi la majeure partie de l’effort aux générations suivantes pour arriver vers 2055-2070 à la neutralité carbone prônée par le PNUE si l’on ne veut pas dépasser un réchauffement global de +2°C...

Informations supplémentaires