Alors que des jours de canicule sont en vue sur l’Hexagone, la fièvre de la Terre n’arrête pas de battre des records en cette année 2015: mars le plus chaud, hiver le plus chaud, mai le plus chaud, printemps le plus chaud, les cinq premiers mois de l’année les plus chauds jamais enregistrés, cela sur terre comme en mer… Et ce n’est a priori pas fini: le phénomène El Nino monte actuellement en puissance et devrait se faire ressentir toute l’année.

Selon l’agence américaine NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration), la période mars – mai 2015 -à savoir le printemps boréal au nord et l’automne austral au sud- a enregistré sa moyenne mondiale la plus chaude depuis que l’on effectue ce genre de relevés, il y a plus d’un siècle. Elle dépasse de 0,04°C le précédent record qui datait de 2010, avec 0,85°C de plus que la moyenne des printemps du XXème siècle, 13,7°C. Par rapport à l’époque préindustrielle, on est donc au dessus d’un degré de réchauffement. La différence avec la période mars-mai 1911, qui a été enregistrée comme le plus froide depuis 136 ans, est de +1,38°C.

Janvier-mai 1893 - janvier-mai 2015: + 2,81°C sur les terres de l'hémisphère nord

Les records sont à la fois battus sur les océans avec 0,66°C de plus que la moyenne du XXème siècle (16,1°C) et à la surface des terres avec +1,33°C (pour une moyenne de 8,1°C). Ils explosent dans l’hémishère nord où sont concentrés les continents. La fièvre atteint à la surface de ces continents +1,50°C par rapport à la moyenne du XXème siècle. La différence avec la période mars-mai la plus froide depuis la fin du XIXème siècle (1898) est de +2,43°C.

En ce qui concerne les cinq premiers mois de l’année, 2015 multiplie ce genre de records:

- Période janvier-mai la plus chaude enregistrée en moyenne autour du globe, battant le précédent record (2010) de 0,09°C, avec 0,85°C de plus que la moyenne du XXème siècle.

- Période janvier-mai la plus chaude à la surface des terres avec +1,42°C.

- Période janvier-mai la plus chaude à la surface des océans avec + 0,63°C.

- Période janvier-mai la plus chaude à la surface de l’hémisphère nord avec +1,05°C. Sur les terres de notre hémisphère, l’anomalie de chaleur pour ces cinq premiers mois atteint même +1,63°C par rapport à la moyenne du XXème siècle. La différence avec la période janvier-mai la plus froide depuis 136 ans (1893) est de 2,81°C !

Selon différents modèles, El Nino peut être “fort” pendant l’année (comme en 1998) ou au moins rester au stade “modéré” (comme en 2010)

Dans le détail, les mois de janvier et février ont été classés par NOAA 2èmes mois les plus chauds de leurs catégories tandis que mars a établi un nouveau record et qu’avril a été noté 4ème mois d’avril le plus chaud. Quant au mois de mai, il a été enregistré par l’agence américaine comme le plus chaud jamais enregistré avec 0,87°C de plus que la moyenne du siècle dernier (14,8°C). Il bat son précédent record -qui ne datait que de l’année dernière- de 0,08°C. C’est le mois de mai le plus chaud à la fois à la surface des océans (+0,72°C) et à la surface des terres (+1,28°C).

Plus généralement, l’année 2015 est très bien partie pour devenir de loin l’année la plus chaude jamais enregistrée, et ainsi battre 2014 qui avait pourtant déjà établi un record... En effet, resté longtemps en embuscade l'an passé, le phénomène El NIno est finalement arrivé en mars et gagne actuellement en puissance.

Selon NOAA, l'actuelle phase El Nino a ainsi 9 chances sur 10 de durer pendant toute l’année 2015 et même plus de 80% de chances d’être toujours là au printemps 2016. Ayant atteint des conditions "faibles" à "modérées" au printemps, ce phénomène peut selon plusieurs modèles parvenir au stade “fort” dans les prochains mois (comme en 1998), ou au moins rester au stade “modéré” (comme en 2010).

LIRE LA SUITE SUR DrPetrole&MrCarbone

FacebookTwitterGoogle BookmarksLinkedin