Nouveaux records de concentration de CO2: la barre des 410 ppm franchie à Mauna Loa

Alors qu'il convient de ne pas dépasser la concentration de 450 ppm de CO2 en 2100 pour conserver une chance sur deux de limiter le réchauffement planétaire à +2°C, les 410 ppm ont été pour la première fois dépassés pendant ce printemps à la station Mauna Loa, à Hawaï, seulement quatre ans après les 400 ppm. A cette vitesse, les 450 ppm seront en vue vers 2030.

La concentration atmosphérique de dioxyde de carbone (CO2) a atteint de nouveaux records journalier, hebdomadaire et mensuel pendant le mois de mai à la station d'observation de Mauna Loa, à Hawaï, qui fait référence en la matière.

410,36 ppm pour la semaine du 14 mai

En moyenne journalière, cette concentration a franchi pour la première fois depuis le début de l'histoire de l'humanité la barre de 410 parties par million (ppm) dès le 20 avril avec 410,28 ppm. Il aura donc fallu à peine quatre ans pour passer de 400 à 410 ppm, le seuil des 400 ppm ayant été dépassé pour la première fois le 9 mai 2013, dans l'observatoire américain.

Ce record 2017 temporaire a été dépassé le 5 mai avec 410,52 ppm, puis encore le 14 mai avec 410,58 ppm. La concentration moyenne relevée pendant la semaine de ce 14 mai a elle même atteint 410,36 ppm. Les records journalier et hebdomadaire de 2016 étaient respectivement de 409,44 ppm (concentration du 9 avril 2016) et de 408,69 ppm (concentration de la semaine du 10 avril 2016).

Au final, la moyenne enregistrée durant tout le mois de mai a été évaluée à 409,65 ppm, ce qui constitue là encore un record (407,70 ppm en 2016, concentration moyenne du mois d'avril). La barre des 410 ppm devrait être franchie en moyenne mensuelle dès avril ou mai 2018. En effet, la concentration atmosphérique de CO2 progresse selon une courbe sinusoïdale qui atteint chaque année un maximum au printemps et un minimum à l'automne (en fonction du CO2 pompé par les écosystèmes terrestres de l'hémisphère nord, les plus nombreux), avec actuellement une augmentation moyenne de 2 à 3 ppm par an.

Une telle concentration de CO2 n'est déjà plus compatible avec l'objectif de limiter le réchauffement planétaire à +1,5°C

En données corrigées des variations saisonnières, la concentration atmosphérique de CO2 a atteint en mai 406,31 ppm à Mauna Loa et devrait franchir la barre des 410 ppm avant 2020. Elle était en mai 2016 de 404,37 ppm.

Une telle concentration de CO2 n'est déjà plus compatible avec l'objectif de limiter le réchauffement planétaire à +1,5°C, objectif pourtant encore mis en valeur lors de l'Accord universel de Paris sur le climat, en décembre 2015. En effet...

LIRE LA SUITE SUR LE BLOG DrPetrole&MrCarbone

FacebookTwitterGoogle BookmarksLinkedin

 

Informations supplémentaires