16ème mois consécutif à battre son record de température selon l'agence américaine NOAA, le mois d'août a clairement dépassé, comme les précédents de cette année, les 1°C d'anomalie par rapport aux niveaux préindustriels. Et on ne peut plus vraiment compter sur le phénomène "refroidissant" La Nina pour faire retomber la fièvre de 2016...

Les records de température moyenne à la surface des continents et des océans se poursuivent encore sur la planète Terre: août 2016 est, selon la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), le 16ème mois consécutif à établir un nouveau record. Il a été plus chaud de 0,92°C par rapport à la moyenne du XXe siècle, soit nettement plus de 1°C par rapport aux niveaux de l'époque préindustrielle. Pour le Goddard Institute For Space Studies (GISS) de la NASA, l'anomalie atteint même +0,98°C par rapport à la moyenne 1951-1980.

Janvier - août: +1,62°C à la surface des terres par rapport à la moyenne du XXe siècle

Selon NOAA, ce mois d'août a été plus chaud de 1,29°C à la surface des continents, ce qui constitue là aussi une anomalie record. Cependant août 2016 a été un peu moins chaud qu'août 2015 à la surface des océans: +0,77°C contre +0,79°C. En moyenne, l'été 2016 (juin-juillet-août) a été le plus chaud depuis que l'on fait ce genre de calcul, c'est-à-dire depuis 1880: +0,89°C par rapport à la moyenne du siècle dernier, relève NOAA. Ainsi, la température à la surface de la Terre a en moyenne atteint 16,49°C pendant ces trois mois.

Si on regarde maintenant les huit premiers mois de l'année, alors l'anomalie de température de la planète atteint +1,01°C par rapport à la moyenne du XXe siècle, toujours selon l'agence américaine, ce qui est supérieur de 0,16°C au précédent record de 2015. L'écart est de +0,79°C pour les océans, ce qui constitue là encore un record, le précédent datant de 2015 étant relégué à 0,11°C.

Avec +1,62°C à la surface des terres par rapport à la moyenne du XXe siècle, le coup de chaud est particulièrement marqué sur tous les continents: aucune zone n'a connu des conditions plus fraîches que la moyenne du XXe siècle au cours de ces huit derniers mois, indique NOAA qui note des records de chaleur à travers l'Alaska, l'ouest canadien, le nord de l'Amérique latine, l'ouest et le centre africain, le sud de l'Europe, l'Indonésie, ou encore à travers des parties de l'Amérique centrale, des Caraïbes, du nord et du centre de l'Asie, de l'Australie...

Pas de phénomène La Nina d'ici la fin 2016

Au total, la période janvier-août 2016 rentre dans le Top 3 des huit premiers mois de l'année les plus chauds pour chacun des six continents sans exception, avec des records en Amérique du Nord, en Asie et en Océanie, souligne également NOAA.

Selon les prospectives de l'agence américaine, pour que 2016 se retrouve au final derrière 2015 (à 0,01°C) dans le classement des années les plus chaudes, il est nécessaire (contrairement à ce que l'on connaît depuis plusieurs années) que la température moyenne des quatre derniers mois de l'année corresponde à leur moyenne actuelle au XXIème siècle, sans bien sûr la dépasser.

LIRE LA SUITE SUR LE BLOG DrPetrole&MrCarbone

FacebookTwitterGoogle BookmarksLinkedin

Informations supplémentaires