Erreur
  • Échec du chargement des données du flux

Transition: comment la permaculture peut nous aider ?

Manière performante de pratiquer l'agriculture biologique, la permaculture peut également aider les individus à “mieux comprendre leur monde” et à “agir dans leur intérêt, présent et futur”, selon l'un de ses créateurs, David Holmgren. Du Mali au Laos, des exemples d'agriculture et d'organisation sociale ancestrales -inventées sans pétrole- peuvent elles aussi montrer la voie. Témoignages lors du Forum Climats et Migrations, samedi 26 novembre.

Energie, déchets, travail, diversité, intégration, inventivité... Bien plus qu’une manière performante de pratiquer l'agriculture biologique, la permaculture montre la voie d’un mode de vie plus soutenable. Mais comment ce concept peut-il profiter au Sud sans prendre aucune forme de nouvelle colonisation ? C'est une question que pourront se poser les intervenants du débat prévu samedi 26 novembre au Carrefour des associations parisiennes (CAP) dans le cadre du Forum Climats et Migrations: "Transition: comment la permaculture peut nous aider ? Et avec quelle 'permaculture' au Sud ?"

"La permaculture constitue une adaptation pleine et entière aux réalités écologiques du déclin"

Parce qu’elle possède la particularité de se fonder sur une manière de penser et de concevoir systémique, ou holistique, la permaculture permet en fait à chacun “de donner du sens à son environnement” et “d’améliorer ses choix”, selon l’Australien David Holmgren, l’un de ses cofondateurs (1). Véritable culture ("contre-culture" à ce jour), la permaculture peut ainsi aider les individus à “mieux comprendre leur monde” et à “agir dans leur intérêt, présent et futur”.

Ainsi, quand David Holmgren schématise le pic pétrolier ou pic des énergies fossiles, le "modernisme" y représente la partie ascendante, c’est-à-dire la “culture de la croissance industrielle” tandis que la permaculture représente la “culture de la descente”.

“Modelés par une culture de la croissance, nous avons du mal à considérer le déclin comme un phénomène positif”, commente David Holmgren, ajoutant: “La permaculture constitue une adaptation pleine et entière aux réalités écologiques du déclin, tout aussi naturelles et créatives que celles de la croissance”.

Revisiter l'intelligence dont peuvent faire preuve les hommes dans leurs activités et leur organisation quand ils n'ont pas de pétrole

Dit autrement, la permaculture peut être un outil permettant de rechercher comment accomplir une descente énergétique “harmonieuse et éthique”, pour aboutir à une “culture soutenable à faible consommation d’énergie”. Elle nous invite ainsi notamment à aller revisiter l'intelligence dont peuvent faire preuve les hommes dans leurs activités et leur organisation sociale quand ils n'ont pas de pétrole ou d'énergie facile.

Ainsi, l'agronome de formation Makan Fainké, secrétaire général de l'Association des ressortissants du cercle de Kenieba en France (ARCKF), décrira notamment lors de ce débat une méthode de culture ancestrale du Mali, qui consiste à mailler le sol avec des végétaux, sans labour. Chansamone Voravong, président de l'Organisation laotiennne des ressources édifiées pour la Coopération (ORLEC) et ancien président du Forim (Forum des organisations de solidarité internationale issues des migrations), ayant participé en son temps à des débats avec Pierre Rabhi, témoignera pour sa part de l'organisation des villages traditionnels laotiens et de la vie de leurs habitants quand lui-même était jeune enfant. Autant d'exemples qui devraient montrer que le concept de permaculture peut largement se décliner selon l'environnement et les savoirs ancestraux de chaque territoire, et que les cultures traditionnelles des pays dits "en développement" peuvent de surcroît servir d'exemples aux pays dits "développés".

Samedi 26 novembre, 15 h 30 - 17 h, Carrefour des associations parisiennes, 181 avenue Daumesnil.
"Transition: comment la permaculture peut nous aider ? Et avec quelle 'permaculture' au Sud ?"
Avec :
- Agathe Roubaud, Université populaire de permaculture, Incroyables Comestibles.
- Peter Benoît, Villes et Territoires en transition Ile-de-France.
- Benoît Lebot, association NégaWatt.
- Makan Fainké, Association des ressortissants du cercle de Kenieba en France (ARCKF).
- Chansamone Voravong, Organisation laotiennne des ressources édifiées pour la Coopération (ORLEC).
Entrée libre. Inscriptions: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

(1) David Holmgren. Permaculture. principes et pistes d’actions pour un mode de vie soutenable. Livre paru aux Editions Rue de l’Echiquier, juillet 2014. Traduction de l’ouvrage “Permaculture: Principles & Pathways Beyond Sustainability”.

FacebookTwitterGoogle BookmarksLinkedin

Informations supplémentaires