Quand on investit dans une énergie renouvelable pour le chauffage (bois, solaire...), il est initialement préférable d’optimiser les performances énergétiques de l’habitation, car elles vont déterminer la puissance à installer: emplacement des appareils, gestion de la température, isolation, récupération de chaleur... Pensez que dans l'idéal la maison passive limite ce besoin au minimum.

Si vous projetez d'installer dans votre logement un système de chauffage faisant appel à une énergie renouvelable, veillez à ce que votre habitation possède des performances énergétiques au moins correctes, avant de passer à l’acte. En effet, une ressource comme le solaire sera d'autant plus efficace et économique que votre consommation sera faible.

On mesure la performance énergétique d'un bâtiment existant en faisant initialement réaliser un diagnostic par un professionnel certifié. C’est le diagnostic de performance énergétique (DPE) qui est demandé lors des ventes de logements. Ce DPE est plus qu'une simple notation attribuée, sans véritable lendemain, à une habitation. Appelé à avoir une importance dans les prix des transactions, il doit pouvoir être dès maintenant le point de départ d’économies réalisables sur les factures énergétiques, donc de réduction des émissions de gaz à effet de serre... Pour les bâtiments affiliés au tertiaire, l'évaluation se fait au moyen des factures énergétiques des trois dernières années, dans la mesure où elles font apparaître les consommations.

Dans tous les cas, l'objectif est d'évaluer la consommation réelle d'énergie au niveau du chauffage, de la production d'eau chaude et, également, de la climatisation. Les résultats de cette analyse donnent les points à améliorer.

Evaluez l’amortissement dans le temps de vos travaux

Systèmes automatiques de réglage, gestion de la température ambiante, recherche des meilleurs emplacements pour les appareils de chauffage, remplacement des appareils trop énergivores... Les moyens d’intervention sont multiples. Il peut également s'agir de travaux plus conséquents: isolation, installation de ventilation double flux, récupération de chaleur...

A chaque fois, il convient d'évaluer le coût de la modification envisagée (en y intégrant les aides disponibles) mais aussi son amortissement dans le temps, selon divers niveaux de renchérissements probables -élevés ou très élevés- des énergies et particulièrement des énergies fossiles (fioul, gaz...).

Une démarche analogue peut être adoptée si vous faites construire. Mais dans ce cas, vous aurez un avantage supplémentaire: vous pourrez "jouer" avec l'architecte sur les matériaux utilisés, sur l'orientation du bâtiment et sur sa conception: agencement compact, parties les plus vitrées au sud, les plus isolées au nord...

Au final, les performances énergétiques de votre bâtiment ou les progrès que vous aurez fait, détermineront la puissance du chauffage dont vous avez besoin. C'est à ce moment là que vous pourrez investir de manière optimale dans des énergies renouvelables -bois, solaire...- par exemple en choisissant la chaudière à bois qui remplacera au mieux votre ancienne chaudière au fioul. Si votre logement conserve une mauvaise performance énergétique ou si les travaux à mener se montrent trop onéreux, il n'est pas interdit de se poser la question d'en changer. La question est d'autant plus pertinente que le DPE aura à terme un effet sur la valeur des biens.


FacebookTwitterGoogle BookmarksLinkedin

Informations supplémentaires