Art de l'aménagement du territoire visant à créer des écosystèmes humains en harmonie avec la nature, la permaculture peut être mise en oeuvre à l'échelle d'un jardin, d'une maison mais aussi d'un appartement... Elle s'enseigne à l'Université populaire de permaculture, réseau décentralisé de concepteurs - formateurs et de lieux de formation. Des stages sont régulièrement organisés et des certificats permettent d'approfondir les recherches.

Processus de transformation visant à changer la perception que nous avons de nos besoins personnels, familiaux et communautaires afin qu’ils restent conscrits à l’intérieur d’un cadre écologique, la permaculture s'est enseignée en France, notamment à l'Université populaire de permaculture, présidée par Hoël Guillery, à Plufur dans les Côtes-d'Armor. Au programme: l'acquisition de pratiques et de modes de pensée qui définissent et mettent en place un usage du territoire et un mode de vie durables.

Comme le rappelle l'Université de permaculture, la permaculture se base sur trois principes éthiques:

- Prendre soin de la Terre parce que "l’homme doit se placer au sein de la nature et pas au dessus" que notre monde occidentale a atteint une "limite écologique".

- Prendre soin des humains en créant "le territoire idéal pour un individu, une famille, une communauté, selon ses besoins, alimentaires mais aussi de tout autre ordre", et également "selon ses ressources en travail, compétences et capital". Il s'agit donc d'un "système qui tend vers l’autarcie, même si ce n’est pas un objectif en soi pour de nombreux permaculteurs".

- Limiter la consommation et redistribuer les surplus. L'objectif est de "créer un système aussi diversifié que dans la nature, ce qui va  apporter stabilité et productivité, avec des espèces utiles pour la communauté, selon ses besoins." Cela implique notamment, selon l'Université, "d’utiliser et de mettre en valeur les ressources et services renouvelables comme le vent, le soleil, la gravité, la fermentation… La consommation d’intrants se limite aussi en reformant les cycles de matière et d’énergie, comme dans la nature, ce qui limite aussi la pollution. Il faut donc favoriser les interactions entre les éléments du système. On peut donc chercher à ce que tout élément serve a plusieurs utilités, et toute utilité soit supportée par plusieurs éléments. Et pour cela, une attention particulière est portée à l’agencement spatial des éléments".

Observer et analyser l'écosystème humain en place pour en imaginer un autre, en harmonie avec la nature

Ensuite, "selon les observations de notre système, on va utiliser notre connaissance des interactions des éléments et notre créativité pour équilibrer les excès non souhaités de certains mécanismes du système".

Concrètement, la méthode de mise en place d'un système de permaculture se base d'abord sur l'observation et l'analyse de l'écosystème humain en place: bordures et limites (routes, flux de vent, soleil, eau...), ressources (compositions des sols, bâtiments, arbres, points d'eau, inclinaison du soleil, évaluation des ressources à petites échelles et des micro climats...). A partir du système existant, il s'agit  de concevoir et d'élaborer un "design", c'est-à-dire un nouveau système productif en cohérence avec la nature.

Les personnes intéressées doivent dans un premier temps effectuer un stage d'initiation de 72 h de cours qui leur permettra d'obtenir un certificat de permaculture. Des stages sont régulièrement organisés dans différents lieux en France. Les diplômés peuvent ensuite devenir étudiants. Ils sont alors épaulés par des tuteurs "Les études, recherches, expérimentations pratiques et designs sont faits de manière autonome, en inter-connection avec les autres étudiants", souligne l'Université. "Les services de l'Université Populaire de Permaculture et de ses tuteurs sont gratuits, sauf les dépenses comme timbres, transport, etc. Chaque tuteur s'arrange avec ses étudiants pour décider des détails de leur coopération dans l'esprit de la réciprocité – l'équilibre entre donner et recevoir", précise-t-elle.
 Inscription: 50 euros pour les frais administratifs.

Université populaire de permaculture, Kerzello, 22 310 Plufur. Tél. 06 32 71 76 09.
Réseau mondial de permaculture.
 
FacebookTwitterGoogle BookmarksLinkedin

 

Informations supplémentaires