Un projet de série télévisée sur l'effondrement de notre civilisation

Réflexion. Nous vivons dans une société "thermo-industrielle" qui, pour beaucoup, semble toujours immuable. Mais les limites de l'exploitation des ressources naturelles sont bien réelles, même si beaucoup ne veulent pas encore le voir... Que deviendra notre monde avec leur franchissement ? C'est le thème du projet de série TV du scénariste militant Arthur Keller. Et auquel chacun peut financièrement contribuer.

"Il est vital de repenser la façon dont nous vivons, produisons, consommons, prenons nos décisions et organisons nos activités, et l'élaboration de visions émotionnellement puissantes a un rôle majeur à jouer." C'est fort de ce constat, valable tant sur le plan collectif que sur le plan personnel, et issu d'années de prises de conscience et de recherches, que le scénariste Arthur Keller écrit actuellement une série relative à l'effondrement, "dans un futur proche", de notre civilisation "thermo-industrielle"... Une civilisation construite grâce à un usage massif d'énergie fossile -pétrole, charbon, gaz...- menaçant l'humanité de chaos climatique.

Se différenciant des films catastrophes du type The Day After (Le Jour d'Après), qui se focalisent sur un événement apocalyptique, le concept est ici de passer, en plusieurs temps, de notre monde "thermo-industriel" à un monde radicalement différent, simplement parce que le monde actuel touche les limites physiques, et donc non négociables, de l'exploitation des ressources naturelles, notamment celle de l'or noir.

"Susciter des prises de conscience et semer des graines de mobilisation"

"Entre les deux, nous explorerons toutes les dimensions sociétales du processus de délitement et en proposerons différents points de vue selon les personnages et les endroits", indique Arthur Keller qui a par ailleurs structuré sa série en accelerando. Autrement dit, le temps s'accélère au fil des différentes saisons de la série, "à mesure que la boule de neige des défaillances se mue en avalanche et dépasse les capacités d'adaptation des sociétés modernes": multiplication des problèmes économiques et financiers, des crises sociales, humaines, politiques, sécuritaires, écologiques... Multiplication des défaillances d’infrastructures critiques, des pénuries de ressources stratégiques et vitales, des conflits armés...

Devant sortir progressivement le spectateur de sa zone de confort, cette série possède donc également une motivation militante: "Il s’agit de susciter des prises de conscience et de semer des graines de mobilisation en décrivant, en situation extrême, les scénarios du pire comme du meilleur : voies de résilience individuelles et collectives", souligne le scénariste qui entend proposer sa série à un réseau télévisuel américain: Netflix, HBO ou AMC. C'est Mr Président Trump qui va être content !

Titre provisoire: Twice as bright. Un clin d'œil à la citation attribuée au dieu taoïste Lao Tseu: « The flame that burns twice as bright burns half as long ». En français: la flamme qui brille deux fois plus fort brûle deux fois moins longtemps...

Signe des temps, pour l'aider à terminer son travail d'écriture et de mise en forme graphique, Arthur Keller a lancé une cagnotte à laquelle chacun peut bien sûr contribuer. On peut également y lire le synopsis et les détails du projet.

FacebookTwitterGoogle BookmarksLinkedin

Informations supplémentaires