Digues anti inondations, abris anti cyclones, maisons flottantes, désalinisation, technologies d’économie d’eau, boisement et reboisement, microfinance, fonds de prévoyance « catastrophes », corridors écologiques, banques alimentaires, services climatiques, systèmes d’alertes, planification d’évacuation... Voici quelques-uns des outils préconisés par le GIEC pour notre adaptation aux changements climatiques actuels et à venir.

A l'approche de la 21ème Conférence des parties de Convention-cadre des Nations-Unis sur les changements climatiques (COP21), qui réunira en décembre à Paris, plusieurs dizaines de milliers de personnes avec l'ambition de trouver un accord universel permettant de limiter le réchauffement global à +2°C depuis l'époque préindustrielle, petit retour sur les besoins que font apparaître les risques relatifs au changement climatique, selon le GIEC, Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat :

1- En termes d’atténuation des émissions de gaz à effet de serre.

2- En termes de réduction de la vulnérabilité et de l’exposition au réchauffement global.

3- En termes d’adaptation aux changements climatiques.

Voici les possibilités énumérées par les scientifiques concernant l’adaptation aux changements climatiques.

- Options pour les zones construites : digues et structures de protection des côtes ; digues de protection contre les inondations ; réservoirs d’eau ; drainage amélioré ; abris contre les cyclones et les inondations ; révision des normes et pratiques de construction ; gestion des tempêtes et des eaux d'évacuation ; amélioration des transports et des infrastructures routières ; maisons flottantes ; évolution des centrales et du réseau électrique.

- Options technologiques : nouvelles variétés de cultures et d’élevage ; connaissances locales, traditionnelles et autochtones ; technologies et méthodes ; irrigation efficace ; technologies permettant d’économiser l’eau ; désalinisation ; agriculture contribuant à la conservation ; installations dédiées au stockage et à la conservation de nourriture ; zonage et surveillance des risques et vulnérabilités ; systèmes d’alerte précoce ; isolation des bâtiments ; refroidissement mécanique et passif.

- Options basées sur les écosystèmes : restauration écologique ; conservation des sols ; boisement et reboisement ; replantage et conservation des mangroves ; infrastructures écologiques (arbres d’ombrage, toits végétalisés, etc.) ; contrôle de la surpêche ; cogestion des pêcheries ; migrations et dispersions assistées d'espèces ; corridors écologiques ; banques de semences et de gênes et autres conservations ex-situ ; gestion communautaire des ressources naturelles.

- Services : réseaux de sécurité sociale et de protection sociale ; banques alimentaires et distribution des excédents ; services municipaux comprenant l’eau et l’assainissement ; programmes de vaccination ; services de santé publique essentiels ; services médicaux d’urgence améliorés.

- Options économiques : incitations financières ; assurances ; titres obligataires dédiés aux catastrophes ; paiements pour les services écosystémiques ; instituer un prix pour l'eau afin d'encourager les économies et l'usage prudent ; microfinance ; fonds de prévoyance pour les catastrophes ; transferts d’argent ; partenariats publics-privés.

- Lois et réglementations : réglementation de zonage ; normes et standards de construction ; servitudes ; accords et régulations concernant l’eau ; lois soutenant la réduction des risques de catastrophe ; lois encourageant la souscription aux assurances ; droits de propriété bien définis et sécurité foncière ; zones protégées ; quotas de pêche ; communautés de brevets et transferts de technologies.

- Politiques et programmes gouvernementaux : plans d’adaptation régionaux et nationaux comprenant l’intégration ; projets d’adaptation infra-nationaux et locaux ; diversification économique ; programmes de modernisation urbaine ; programmes municipaux de gestion de l’eau ; anticipation et prévention des catastrophes ; gestion intégrée des ressources en eau ; gestion intégrée des zones côtières ; gestion basée sur les écosystèmes ; systèmes d’adaptation communautaires.

- Options éducatives : mesures de sensibilisation et intégration à l’éducation ; égalité de genre au sein de l’éducation ; services de vulgarisation ; partage des connaissances locales et traditionnelles ; recherche-action participative et apprentissage social ; partage des connaissances et plates-formes d’apprentissage.

- Options d’information : zonage des risques et des vulnérabilités ; alertes et interventions précoces ; surveillance et télédétection systématiques ; services climatiques ; utilisation d'observations climatiques locales ; élaboration participative de scénarios ; évaluations intégrées.

- Options liées au comportement : préparation des ménages et planification d’évacuation ; migration ; préservation des sols et de l’eau ; évacuation des eaux pluviales ; diversification des moyens de subsistance ; changement de pratiques culturales, d’élevage et d’aquaculture ; mise à profit des réseaux sociaux.

FacebookTwitterGoogle BookmarksLinkedin

Informations supplémentaires