Tandis que les représentants d’une trentaine de villes européennes se sont engagés, fin mars, à réduire “d’au moins de 40%” leurs émissions de gaz à effet de serre “d’ici 2030”, d’autres vont plus loin en affichant un désir de cesser les investissements liés aux combustibles fossiles dans leurs fonds de pension. C’est le cas d’Oslo et de... Paris qui a voté une motion spéciale.

Les représentants des sociétés civiles chinoise, française et européenne, sont bien plus en avance que leurs gouvernements. Outre un nouvel accord global "légalement contraignant” pour contenir le réchauffement à +2°C, ils désirent une taxe carbone mondiale, une organisation mondiale indépendante chargée de la lutte contre les dérèglements climatiques, ou encore un droit et une justice internationale du climat et de l’environnement.

Informations supplémentaires