Que l’on évoque l’agroforesterie ou la permaculture, la prise en compte réelle de l’écologie dans l’agriculture montre à quel point le système agricole dominant, industriel, s’est développé en ignorant et en usant le système de fonctionnement des sols, en s’opposant à la nature plutôt qu’en se servant et en optimisant son étonnant potentiel. Et si l’on se rappelait enfin des lois de la terre ?

Eviter de placer un appareil qui fabrique du froid à côté d'un four, nettoyer régulièrement la grille arrière du réfrigérateur, mettre un couvercle sur une casserole d'eau à bouillir, utiliser tout le temps de chauffage des plaques... L’utilisation rationnelle des appareils et quelques précautions d’agencement de la cuisine peuvent faire fondre la consommation d’énergie. Toujours bon à rappeler à l'occasion des fêtes de fin d'année.

Réduisant de 80% les émissions de CO2 d'une poubelle de biodéchets pour une consommation électrique limitée, des déshydrateurs transforment in situ en amendement ou en fertilisant, les résidus de repas dans certains restaurants collectifs et hôpitaux... A l'heure où la réglementation demande de plus en plus aux établissements producteurs de ces biodéchets de les trier et de les valoriser, de telles machines devraient avoir de l'avenir, d'autant qu'elles restent relativement simples et qu'en bout de chaîne elles produisent un engrais organo-minéral pouvant participer à la reconstitution des sols. Le potentiel en France est estimé à environ 300 000 machines de ce type.

Perfectionnant son Arche du goût, grand inventaire du patrimoine culinaire, Slow food développe également des projets de “sentinelles” afin de défendre des produits locaux menacés. Au programme : cahier des charges pour les producteurs volontaires, aide technique, valorisation, promotion... Plus de 20 produits bénéficient actuellement en France d’une sentinelle.

Manger local en Ile-de-France c'est possible. Afin de montrer que cette offre existe bel et bien, le label "Des produits d'ici, cuisinés ici" se veut riche en qualité et plutôt sobre en gaz à effet de serre.

Jardinage bio, agroforesterie, jardin forêt... Du 10 au 20 septembre, dans le cadre du budget participatif de la ville, les Parisiens votent pour le développement de l’agriculture urbaine, notamment à travers la création d’une ferme utilisant les techniques de la permaculture, dans des barges installées sur la Seine. Ou quand la permaculture pourrait passer du stade de contre-culture au stade de vitrine.

Sous-catégories

Informations supplémentaires