Erreur
  • Échec du chargement des données du flux

Electricité en "circuit court": Enercoop vise 150 000 clients d’ici 2020

Proposant une énergie décarbonée "de proximité" et multipliant ses relations avec les collectivités locales et les collectifs de citoyens, Enercoop regroupe à ce jour une centaine de producteurs d’électricité d’origine renouvelable, en particulier des centrales hydrauliques et dans une moindre mesure des installations éoliennes. Elle est également engagée dans une cinquantaine de projets totalisant une puissance à installer de 150 MW.

Existant depuis plus de 10 ans et regroupant en 2015 environ 25 000 consommateurs pour une production d’électricité de plus de 100 GWh, la société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) Enercoop change d’échelle: elle a l’objectif de multiplier par six le nombre de ses clients à l’horizon 2020, et développe un modèle permettant de valoriser de l’énergie à la fois renouvelable et locale.

En effet, issue uniquement d’énergies renouvelables (hydraulique, éolien, solaire photovoltaïque, biomasse), l’électricité qu’Enercoop injecte sur le réseau a également la particularité d’être produite localement par le biais de coopératives. On compte à ce jour dix coopératives régionales Enercoop: Enercoop Aquitaine, Ardennes-Champagne, Bretagne, Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées, Nord-Pas-de-Calais-Picardie, Normandie, PACA, Rhône-Alpes. Vocation de telles structures: rapprocher la production et la consommation, faciliter la création d’un “lien direct entre producteurs et consommateurs” ainsi que “la réappropriation citoyenne de l’énergie”. 

Une production dominée à 93% par l’hydraulique, devant l’éolien 5%

Concrètement, le futur souscripteur est initialement aiguillé vers la coopérative la plus adaptée à son lieu de consommation d’électricité. L’argent de sa facture servira notamment à rémunérer les producteurs dont l’électricité sera injectée dans le mix du réseau dont il profite également de fait. Mais il finance ainsi directement les énergies renouvelables. La souscription peut être effectuée sur internet et a lieu "sans coupure, sans intervention sur le compteur et sans engagement de durée".

Son réseau de coopératives permet également à Enercoop d’avoir un lien direct avec ses producteurs d’électricité, qu’il s’agisse de particuliers, de petites et moyennes entreprises ou encore de collectivités locales, celles-ci assurant à ce jour 40% de la production.  Totalisant 110 GWh en 2015 pour une centaine de producteurs, la production est dominée à 93% par l’hydraulique (plus de 60 centrales), devant l’éolien 5%  (25 installations), la biomasse 1% (2 centrales) et le photovoltaïque 1% (11 installations).

Une démarche s’intégrant dans la logique de l’association négaWatt

Autre avantage: la structure en réseau de coopératives régionales est pour Enercoop un moyen de devenir un véritable partenaire des collectivités locales. “Nous accompagnons des collectifs de citoyens à mener à bien leur projet de production et investissons directement dans certains moyens de production”, précisent les responsables. Réinvestissant selon elle plus de la moitié de ses bénéfices dans le projet de la coopérative, Enercoop souligne être impliquée dans une cinquantaine de projets représentant une puissance à installer de l’ordre de 150 MW. Puissance installée actuelle: 50 MW.

Plus adaptée aux énergies renouvelables qu’une organisation centralisée, la démarche décentralisée et de "circuit court" d’Enercoop, peut en plus apparaître comme un atout d’avenir dans un monde où la transition énergétique “réelle” apparaît comme allant de pair avec une certaine relocalisation de l’activité et une simplification des moyens. A Melesse, au nord de Rennes, Enercoop et l'association Energie partagée ont ainsi installé sur la toiture d'une plateforme logistique Biocoop, une centrale photovoltaïque dont l'électricité est directement vendue à Biocoop par le producteur et consommée par la plateforme, les besoins restants de la structure étant couverts via le réseau par Enercoop.

S’intégrant de surcroît dans la logique de réduction de la consommation d’énergie prônée par l’association négaWatt, Enercoop développe “différents services liés à la maîtrise de la demande d’électricité, à travers des outils de diagnostic de la consommation, des formations aux enjeux énergétiques, etc.”

Passer de consommateur à sociétaire

Pour un particulier, le prix unique du KWh est de 0,1642 € TTC, ce qui est plus cher que le tarif des autres fournisseurs (entre environ 0,141 et 0,154 € en option de base en 6kVA, selon les fournisseurs). Néanmoins, “notre tarif d'électricité reflète la réalité économique des coûts d'approvisionnement des énergies renouvelables et nous permet de proposer un prix juste et maîtrisé autant pour nos producteurs que nos consommateurs”, commentent les responsables. Et d’ajouter: “Notre tarif d'électricité n'a pas connu d'augmentation depuis notre création en 2005, contrairement aux autres opérateurs. Nous estimons que dans 2-3 ans, le tarif Enercoop sera au niveau de celui de nos concurrents”. Répartition du prix Enercoop de l’électricité: 31% du prix payé va aux taxes tandis que 29 % revient au producteur, 25% au transport et à la distribution, et 15% à Enercoop .

Enfin, pour 100 euros la part de capital, le client peut en plus devenir sociétaire Enercoop et donc notamment participer aux décisions de sa coopérative, à ses projets et en définitive à l’avenir énergétique de la région où il vit. Ou quand le projet d’Enercoop atteint son but: “Transformer en profondeur l’énergie pour la remettre dans les mains des citoyens”.

Initialement créée en 2005 par Greenpeace, Biocoop, Hespul, Le CLER (Comité de liaison des énergies renouvelables), les Amis de la Terre et la Nef, la SCIC Enercoop a été agréée “entreprise solidaire” en 2006  et a ouvert son marché aux particuliers en 2007. Depuis, ses coopératives régionales n’ont pas cessé de se développer. Avec un chiffre d’affaires de plus de 20 millions d’euros en 2014, Enercoop s’appuie sur un capital de plus de 5 millions d’euros détenu par ses sociétaires dont le Crédit Coopératif, la Nef ou encore le réseau des Biocoop. L’entreprise emploie à ce jour environ 90 personnes.

FacebookTwitterGoogle BookmarksLinkedin

Informations supplémentaires